Kaixuan Feng

 Kaixuan Feng, artiste chinoise, peint depuis l’âge de cinq ans. Après quatre années d’études à l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Tianjin en Chine, elle arrive en France afin d’expérimenter les tendances les plus actuelles de l’Art Contemporain. En 2010, elle obtient un diplôme national supérieur d’expression plastique (DNSEP).

Depuis,  Kaixuan Feng poursuit avec une inlassable énergie une activité créative incessante. Elle expose régulièrement ses travaux et organise des performances qui laissent un souvenir puissant aux spectateurs, lesquels endossent parfois le rôle de participant volontaire.

Par son travail, Kaixuan Feng s’attache à créer des passerelles entre l’art et la vie dans la recherche d’une esthétique relationnelle. Dans ce but, l’artiste explore différentes formes d’expressions telles que la performance, la vidéo ou la photographie. Elle joue savamment des montages et des possibilités illusionnistes offertes par les technologies actuelles. Dotée d’une réelle grâce naturelle, elle se met en scène, elle devient le personnage central de ses étonnantes visions où se mêlent poésie et puissance, réflexion et beauté.

L’artiste provoque la rencontre des cultures chinoise et française pour créer un monde inconnu, fascinant, vaguement inquiétant… Elle nous entraîne dans un univers fantasmagorique entièrement né de son imagination, sous couvert duquel elle pose des questions primordiales sur la société, la femme, les relations humaines.

Comment, par exemple, interpréter ce puissant Bonsaï baigné dans une nappe de brume dont les branches mortes supportent le corps démultiplié de l’artiste ? On ne peut s’empêcher de penser à nos anciens arbres-gibets, même si les vêtements colorés des fragiles poupées suspendues lancent un regard ironique vers notre monde actuel. La pluralité des échelles de visions nous déstabilise, l’ambiance générale nous rappelle des rêves sombres entre chien et loup. L’image est pourtant bel et bien ancrée dans notre monde contemporain. C’est un tour de force qui abolit l’espace et le temps, les barrières géographiques, culturelles, et aussi la frontière entre le réel et l’imaginaire.

texte de Valérie Douniaux

Kaixuan Bonsai

Laisser un commentaire