Les artistes japonais contemporains, top des ventes

Le vendredi, c’est Top! Un vendredi sur deux, Artprice vous propose un classement d’adjudications par thèmes. Cette semaine : les dix meilleures adjudications réalisées par des artistes japonais.

Les Japonais ont été les principaux acteurs du marché de l’art lors de la précédente bulle spéculative entre 1987 et 1990 (trois des dix plus belles enchères ont été frappées à cette période), investissant sur les plus grands noms de l’art impressionniste et moderne. Aujourd’hui ce sont aussi les artistes qui font parler d’eux dans le monde entier.

Top 10 : les dix meilleures adjudications réalisées par des artistes japonais
Rang Artiste Adjudication Oeuvre Vente
1 Takashi MURAKAMI 13 500 000$ My Lonesome Cowboy (1998) 14/05/2008 (Sotheby’s NY)
2 Takashi MURAKAMI 6 000 000$ Miss ko² (1997) 08/11/2010 (Phillips de Pury & Co NY)
3 Tsuguharu FOUJITA 5 627 907$ Jeune fille dans le parc 16/05/1990 (Christie’s NY)
4 Yayoi KUSAMA 5 100 000$ « No. 2 » (1959) 12/11/2008 (Christie’s NY)
5 Tsuguharu FOUJITA 3 126 688$ Enfants à la poupée 14/11/1989 (Christie’s NY)
6 Takashi MURAKAMI 3 000 000$ Dob in the Strange Forest… 12/11/2008 (Christie’s NY)
7 Yayoi KUSAMA 2 900 000$ No. G.A. White 11/05/2010 (Christie’s NY)
8 Takashi MURAKAMI 2 696 030$ Kaikai Kiki (2005) 14/10/2010 (Christie’s London)
9 Takashi MURAKAMI 2 376 840$ Panda (2003) 03/04/2008 (Phillips de Pury & Co London)
10 Tsuguharu FOUJITA 2 115 113$ Deux soeurs (1959) 16/11/1989 (Sotheby’s NY)

Takashi Murakami
Takashi MURAKAMI est aujourd’hui, et de loin, l’artiste nippon le plus coté du marché. En 2008, avec une enchère record culminant à 13,5 m$ pour My Lonesome Cowboy, Takashi Murakami devient l’artiste japonais le plus cher du marché. Cette sculpture de 2,54 mètres dont il existe quatre exemplaires, représentant l’éjaculation triomphante d’un satyre version manga, partait à plus du triple de son estimation haute (3-4 m$).
Cette même année il signe cinq autres enchères au-delà du million de dollars, dont 3 m$ pour Dob in the Strange Forest (Red Dob) (le 12/11/08 chez Christie’s New York) et l’équivalent de 2,3 m$ (1,2 m£) pour Panda, qui doublait son estimation haute. Le chiffre d’affaires spectaculaire de plus de 30 m$ enregistré en 2008 doit beaucoup à ces trois adjudications (en 2002, son volume d’affaires en salles des ventes dépassait à peine les 802 000 $).
2010 fut aussi une année faste pour l’artiste manga, avec les 2,7 m$ versés pour Kaikai Kiki présentée le 14 octobre par Christie’s, l’œuvre triplait alors sa fourchette d’estimation. Mais la plus belle adjudication de l’année fut attribuée à Miss ko² qui partait pour 6 m$ lors de la vacation organisée par Philippe Ségalot pour Phillips de Pury & Co le 8 novembre 2010.
En pleine exposition à la galerie Gagosian de Londres (25 juin – 5 août 2011), Takashi Murakami a alors déclaré qu’il trouvait ses œuvres trop chères…

Tsuguharu Foujita
Tsuguharu FOUJITA était jusqu’en 2008, l’artiste japonais le plus cher du marché. C’est entre 1989 et 1990 que ses six plus belles enchères ont été frappées, et depuis 1999 pas une enchère n’a dépassé les 950 000 $.
Depuis l’adjudication record le 16 mai 1990 de 5,6 m$ pour Jeune fille dans le parc (Christie’s New York), aucune enchère n’a déclassé ce score. Cette enchère écrase de 2,5 m$ son précédent record frappé 6 mois auparavant pour Enfants à la poupée (3,1 m$, Christie’s New York, 14/11/1989). La troisième meilleure enchère sur le podium de l’artiste revient à Deux Sœurs adjugée 2,1 m$ le 16 novembre 1989 chez Sotheby’s à New York.
L’artiste intéresse les maisons de ventes américaines, françaises, japonaises et anglaises à qui il doit d’ailleurs 93% de son produit des ventes (respectivement 31%, 27%, 20% et 15%).

Yayoi Kusama L’ « ancienne » de l’art contemporain, Yayoi KUSAMA s’octroie les quatrième et septième places du Top. No. 2, toile très représentative du travail obsessionnel de l’artiste, frappée 5,1 m$ le 12 novembre 2008 chez Christie’s New York, demeure le record absolu de l’artiste (quatrième du top). L’autre enchère record de l’artiste culmine à 2,9 m$ pour l’huile sur toile No. G.A. White (11/05/2010, Christie’s New York).
Si 48% des lots sont vendus dans son pays d’origine, c’est aux USA qu’elle réalise 49% de son chiffre d’affaires contre 28% au Japon et 12% au Royaume-Uni.

Source © Artprice.com


artprice






artprice





Laisser un commentaire