2009 : rencontre avec Daido Moriyama

Daido Moriyama à Tokyo Ginzadaidosign.jpg

L’une des rencontres majeures en 2009 fut celle avec Daido Moriyama, figure majeure de l’art contemporain japonais et de l’édition photographique japonaise.

Daidō Moriyama ( 森山大道 )

né en 1938 à Ikeda, près d’Osaka.

Daido Moriyama est un artiste qui s’intéresse d’abord à la peinture avant de se tourner définitivement vers la photographie à l’âge de vingt-et-un ans.

Il est essentiellement autodidacte mais a suivi des stages avec Takeji Iwamiya et avec Eikoh Hosoe, l’un des fondateurs de l’agence Vivo. Il assiste Hosoe dans la réalisation d’ Ordeal by Roses avec Yukio Mishima.

En 1967, il reçoit le Prix du Jeune Photographe décerné par l’Association des Critiques de Photographie Japonaise. Il photographie beaucoup Shinjuku et publie «Nippon gekijo shashincho – Japan : a photo theater » en 1968, son premier livre . Il rejoint le collectif à l’origine du magazine « provoke » ( pour « provocateur d’idées » ) : Koji Taki, Yutaka Takanashi , Takuma Nakahira et Takahiko Okada. Ce groupe s’oppose radicalement au réalisme conventionnel par la réalisation d’images floues, contrastées, granuleuses, incertaines. ( En 2001, Steidl rééditera 6 magazines Provoke avec « The Japanese box »).

En 1972, il publie The Hunter et Bye Bye Photography Dear, deux recueils où la photographie apparaît davantage comme éléments de moments de la vie et témoignages d’expérience personnelle.

Dans les années 70, Daido Moriyama participe à quelques expositions collectives majeures: « New Japanese Photography » au Musée d’art moderne de New York ( 1974) , « Neue Fotographie aus Japan » au musée de Graz (1976) et « Japan, a self-portrait » ICP New York (1979).

En Europe, c’est dans le cadre de l’exposition Black Sun – The Eyes of Four , présentée en 1985 au Museum of Contemporary Art d’Oxford, que son œuvre se fait connaître.

Dans les années 80 , ce sont essentiellement deux publications Hikari to Kage ( light and shadow ) et Nakaji e no tabi ( a journey to Nakaji ) qui sont remarquées.

Depuis, Daido Moriyama réalise un grand nombre de rééditions de livres souvent dans un nouveau format, avec une nouvelle mise en page et un nouveau cadrage. Il est vrai que ses livres les plus recherchés atteignent le prix de plusieurs milliers d’euros dans un état excellent et se trouvent inaccessibles pour beaucoup d’entre nous.

Il a collaboré avec la maison d ‘édition « Hysteric Glamour » en 1993 et a participé au mythe et à la notoriété de cette petite maison d’édition remarquable par la qualité de ses productions.

A noter le livre « memories of dog » (2004) où Daido Moriyama se livre longuement en anglais, le livre « Hawai » (2007) , les livres « Hokkaido » et « Northern » (2009) pour les plus récentes publications originales et les plus remarquables.

Site officiel en japonais et anglais.

Livres de Daido Moriyama à Aziart


artprice






Laisser un commentaire