La photographie fêtée à Paris [nov. 09]

Le salon Paris Photo ouvre ses portes au public du 19 au 22 novembre 2009 à 89 galeries réunies au Carrousel du Louvre. Paris photo met les Pays arabes et l’Iran à l’honneur, clôturant une année 2009 particulièrement riche pour l’émergence de l’art contemporain issu du Moyen-Orient. En témoigne l’exposition New Art from the Middle East à la galerie Saatchi de Londres (30 janvier-9 mai 2009), l’ouverture de la Biennale de Venise 2009 aux artistes émiratis ou encore la première vente publique en France dédiée à l’Art moderne et contemporain iranien et arabe le 24 octobre 2009 chez Artcurial.

Sur le marché de la photographie contemporaine iranienne et arabe, deux figures se détachent fermement : celles de Shirin NESHAT et de Rashid RANA.
Le Pakistanais Rashid Rana (né en 1968) s’est hissé en 5ème position des photographes contemporains les plus performants aux enchères et étonne par la rapidité de son ascension. Le succès de Rana, fraîchement arrivé en salles des ventes en 2006, témoigne de la vitalité de la scène artistique du Moyen-Orient, mise à l’honneur cette année par Paris Photo. L’artiste procède par micro-incrustations de détails photographiques créant un autre niveau de réalité à partir d’une photo d’architecture, de guerre ou de femmes en Burka. En 2006 à Hong Kong, ses œuvres s’échangeaient entre 9 000 et 23 000 €, puis son arrivée sur le marché new-yorkais en 2007 a multiplié ses prix par deux !

Son œuvre The World is Not Enough, un immense tirage (ed. 5 exemplaires) dont le titre est un clin d’œil à un blockbuster du cinéma hollywoodien, ressemble vue de loin à un dripping de Jackson Pollock. En se rapprochant, la photo révèle un amoncellement infini de déchets, un trop plein d’ordures que l’image de trois mètres de haut ne parvient pas à contenir. Cette œuvre atteignait 75 000 $, soit 53 000 €, le 21 sept. 2007 chez Sotheby’s, une intéressante acquisition si l’on considère le budget de 83 000 € nécessaire en octobre 2008 pour une autre version adjugée chez Phillips de Pury & Co. à Londres. Face à une flambée si rapide des prix, il est peu étonnant que la correction ait été violente : la revente de Red Carpet par exemple, entre mai et octobre 2008, illustre bien le réajustement du marché avec la crise. En mai, le large tirage de près de trois mètres se vendait l’équivalent de 336 400 € (Sotheby’s, New York), puis de 192 400 € le 17 octobre (Sotheby’s Londres), soit une décote de 74,8% entre les deux vacations. Le 16 octobre 2009, Sotheby’s ravalait un sujet plus petit, Red Carpet-3, contre une estimation basse de 80 000 £. En trois ans à peine, Rashid Rana a déclassé le record de l’Iranienne Shirin Neshat, artiste pourtant aguerrie aux enchères depuis près de 10 ans et mondialement connue. Rappelons que Shirin Neshat, qui travaille sur la complexité et les tensions des relations hommes-femmes dans l’Islam actuel, culminait à 141 000 € depuis l’adjudication de Whispers le 30 Avril 2008 dans l’antenne Dubaiote de Christie’s (l’auctioneer s’est implanté à Dubaï en 2006, suivi par Bonhams en 2008).

Le marché de la photographie contemporaine mondiale est aujourd’hui plus brûlant que celui de la photographie ancienne. Sa progression fut rapide et spectaculaire. Il a suffit d’une petite décennie pour que le chiffre d’affaires sur ce segment se hisse de +1 270% (1998-2008). En 2008, le volume d’affaires était quinze fois supérieur à celui de la photographie ancienne ! C’est aussi le marché le plus dense, où s’échangent entre 5 000 et 7 000 épreuves annuellement contre moins d’un millier sur le segment. L’amateur aura accès à une quarantaine d’épreuves contemporaine le 20 novembre chez Sotheby’s. L’auctioneer, profitant de l’effervescence de Paris Photo, organise en effet une vente de 207 photographies balayant le XIXème siècle ainsi que la production moderne et actuelle. Désormais, les rendez-vous photographiques de Sotheby’s auront lieu à Paris plutôt qu’à Londres.

Source © Artprice.com – Sont répertoriés les résultats d’adjudication de ventes cataloguées de ‘fine art’ (peinture, sculpture, dessin, photographie, estampe, affiche, aquarelle, etc) enregistrés par artprice.com, à l’exclusion des antiquités et du mobilier. Artprice décline toute responsabilité quant à l’usage qui peut être fait de ces informations.


artprice





Laisser un commentaire