From Malioboro to France : Iwan Wijono et Miko Malioboro

from malioboro

Communiqué de la galerie Impressions :

Un fragment de la communauté underground Indonésienne

La rue Malioboro (littéralement « allée fleurie » en Sanskrit), à Yogyakarta, Java Centre, s’étend le long d’une ligne imaginaire, avoisinant deux kilomètres, reliant le palace du Sultan au volcan Merapi en passant par la gare de Tugu. Pôle de discussion, espace d’échanges artistiques et culturels, Malioboro est un baromètre national de l’évolution de la créativité à Yogyakarta. Très fréquentée par les visiteurs indonésiens et étrangers, la « Jalan Malioboro » est le théâtre régulier de performances d’artistes. Véritable point de rendez-vous, cette rue animée le jour comme la nuit constitue un vivier de la culture urbaine dans un contexte social propre aux grandes villes de Java.

Iwan Wijono est né dans la ville de Solo, Java Centrale, dans une famille aux traditions javanaises fortes, sous la dictature du régime de Suharto. A cette une époque, la situation culturelle globale est de plus en plus influencée par l’occident jusqu’à devenir un standard d’existence pour les classes moyennes et aisées.

Alors qu’il étudie le droit international et les arts à Yogyakarta dans les années 90, il participe activement aux mouvements s’opposant au régime militaire en place alors dénommé KKN pour Collusion, Corruption, Népotisme. Iwan utilise la performance comme média afin d’apparaître dans l’art activiste. Selon lui, l’art action, de par sa symbolique, constitue une forme évidente et efficace de protestation que chacun peut interpréter à sa façon. Il devient vite reconnu comme un performeur pro-démocratique engagé en Indonésie. Les performances proviennant malgré tout d’idées pouvant être immortalisées sur une toile (car l’appréciation existe plus longuement pour quelque chose qui dure et qui laisse ainsi davantage de temps pour se faire une impression), ce média en deux dimensions apparaît à Iwan également approprié pour remplir sa mission, c’est ainsi que le contexte politique le poussa également à peindre.
« Le sujet que je privilégie depuis 2008 s’articule autours des paysans car je pense que notre planète est riche et malgré cela, nous traversons sans cesse des crises alimentaires et la pauvreté. Le système est corrompu. Les jeunes paysans doivent reconquérir la planète pour obtenir leur indépendance et ont besoin de soutien. Si une nouvelle génération de paysans existe, le système social aura déjà changé et si ces changements arrivent, je pense que la planète renaîtra. Ainsi, je travaille avec les paysans : après avoir discuté avec eux, nous imaginons un concept artistique ensemble que je retranscris ensuite sur la toile. »

Miko Malioboro est natif de Purworejo, à Java. Il suit normalement le cycle scolaire puis s’oriente vers des études sociales et politiques. Proche de la communauté artistique de la célèbre avenue Malioboro, à laquelle il emprunte son pseudo, c’est là qu’il commence réellement à apprendre la peinture et cette passion ne le quitte pas après l’obtention de son diplôme. Peintre inconditionnel et inconditionné, Miko saisit rapidement la nouvelle conception de la finalité de l’art, longtemps perçue comme une imitation de la nature. Ses « sensations » s’inscrivent en priorité dans sa vision. Il continue de peindre et s’exprime dans un style nouveau, celui de l’abstraction. Au fil des expositions, son mode d’expression change, réduisant les formes et les lignes, minimisant les couleurs. Entre 2003 et 2006, il passe chaque année 3 mois au studio d’Hanafi, peintre contemporain reconnu à Jakarta. Voir Miko oeuvrer dans la création, apparentée à l’Action Painting, décèle discrètement les voix de l’art que seul l’artiste perçoit dans la réalité de l’instant.

Art Action, Peinture, Performance, le projet «From Malioboro to France» se résume ainsi : Actions ! Nombre d’entre elles, à tous niveaux, peuvent être l’œuvre de chacun et apportent beaucoup dans un contexte que nous connaissons tous.

Née sous le charme de l’Asie, créée en Septembre 2005, l’association Matasia vît grâce à la magie de l’aventure humaine, de la création artistique et tient aujourd’hui à faire voyager un fragment d’Indonésie en invitant ces deux acteurs de la « sous-culture» (comme certains la désigne), du milieu artistique javanais contemporain, à Yogyakarta. Ce projet réalisé en étroite et amicale collaboration avec Iwan Wijono, artiste performeur, et Soedjadmiko, alias Miko Malioboro, Matasia vous invite à partager cette expérience et rend ainsi hommage à celui que Java a inspiré et rendu sensible à l’art, son fondateur, Jean-Michel Roussely, qui vécut 12 ans à Java et nous quitta en 2006.
L’Association Matasia concrétise aujourd’hui son projet « From Malioboro to France » en invitant ces deux artistes javanais qui seront présents en Europe jusqu’au 20 Janvier 2010.

Galerie Librairie IMPRESSIONS – 98, rue Quincampoix – 75003 Paris – France – 01 42 76 01 04
Ouvert mercredi de 18 heures à 21 heures et samedi de 14 heures à 20 heures
Exposition jusqu’au samedi 31 octobre 2009

Laisser un commentaire