Paris Photo 2008 – bilan

portrait d’uedaportait de Yoshihiko Ueda

En 2008 ce sont les galeries américaines et françaises qui sont les plus nombreuses suivies des galeries japonaises. Il y a du sang neuf avec 38% de nouvelles galeries.
Les visiteurs ont été plus nombreux qu’en 2007 ( 37760 visiteurs, soit + 18 % ).
Le contexte de la crise a donné une place de choix aux photographies anciennes et aux vintages. Les vintages de Shoji Ueda, Issei Suda, Daido Moriyama, Miyako Ishiuchi, Eikoh Hosoe, Ikko Narahara ont trouvé preneurs pour des prix de 1800 à 25000 euros.
Pour la photographie contemporaine, les ventes sont beaucoup plus contrastées: la galerie 798 photo gallery a vendu plus d’une trentaine d’oeuvres de Yao Lu ( effet du Prix BMW- Paris photo 2008), l’éditeur Toluca a vendu 21 exemplaires à 6500 € du livre d’artiste d’Araki « Tin ashes » ( édition limitée de 40 exemplaires) qui comprend 6 tirages aux sels d’argent signés.

N’hésitez pas à visionner les vidéos de Paris Première Paris photo , en particulier celles du Mercredi 12 Novembre ( avec Asako Narahashi, Michael Hoppen, Masao Yamamoto ) , du Jeudi ( avec Hiromi Tsuchida et le prix BMW Yao Lu ) ou du Vendredi ( avec Eikoh Hosoe ) ….

L’équipe d’Aziart a aimé les vintages et les classiques des galeries Howard Greenberg ( Shomei Tomatsu ),Michael Hoppen gallery ( Shomei Tomatsu et la série Amagatsu de Yoshihiko Ueda ), Camera Obscura ( Shoji Ueda ), Taro Nasu ( Naoya Hatakeyama ).

Les coups de coeur vont aux photographies de Toshio Shibata au Zeit-Foto Salon, à la galerie Rat Hole Gallery et à la galerie d’Osaka « The Third Gallery Aya ».

Hysteric Glamour va se lancer dans la production de gros pavés à l’image de celui réalisé avec Araki « Ai no ana » de 636 pages, ce sera « Hokkaido » de 664 pages avec Daido Moriyama et « photobook » de 900 pages (2 volumes) avec Keizo Kitajima. Un petit regret car cette maison d’édition avait su réaliser des petites merveilles
et risque de perdre son âme en réalisant des pavés à l’image de certains gros éditeurs européens.


Laisser un commentaire